Ícaro

icaro

ÍCARO (M33)

Il s’agit d’un Vautour fauve capturé et équipé d’un émetteur radio en mai 2013 dans les Ateas de Mintxate (Isaba). C’est un exemplaire adulte sexé par ADN comme mâle.

Grâce à l’émetteur de suivi par satellite nous savons qu’il utilise de préférences le versant septentrional des Pyrénées françaises (Pyrénées Atlantiques, de Bayonne à Tardets, y compris les alentours de Bidarray, Saint-Etienne-de-Baigorry, Saint-Jean-de-Pied-de-Port, Mauleon et Larrau. Son aire de plus grande activité est concentrée dans l’Irati français, entre Bizkarzé et le versant nord-ouest de l’Orhi. Sur le versant méridional il fréquente habituellement les vallées de Baztan, Quinto Real, Aezkoa, Irati et des zones des vallées de Salazar et de Roncal.

Il exploite presque exclusivement les abondantes charognes en provenance des exploitations d’élevage extensif situées dans les Pyrénées Occidentales et c’est le vautour fauve suivi par émetteur en Navarre présentant l'aire de nourrissage la plus réduite (MPC=1.396 Km2).

Celedonia

celedonia

CELEDONIA (46L)

C’est une femelle adulte de 2,72 mètres d’envergure et d‘un poids de 10,1 kg, elle a été capturée et équipée d’un émetteur radio par la D.F. de Álava, en décembre 2010 au Parc Naturel de Valderejo.

Bien qu’il s’agisse d’un exemplaire adulte qui fréquente habituellement la colonie de Sobrón, en 2011 elle n’a pas essayé de se reproduire. Grâce à l’émetteur radio de pistage par satellite, nous savons qu’elle se déplace dans l’extrême nord-ouest de Álava, au sud de Biscaye et au nord-est de Burgos et qu’elle fréquente notamment la vallée de Ayala et la Sierra Salvada (Ayala, Orduña et Amurrio).

Pendant la période hivernale elle prospecte un domaine vital qui ne s’étend que sur 2.865 km2. Au cours de l’été et l’automne 2011 elle est allée jusqu’à Burgos et Ségovie et sur le versant septentrional du Système Central, où elle est restée basée à Ávila, allant de la Sierra de Gredos jusqu’au Guadarrama, avec quelques incursions à Caceres, Tolède, Madrid et Ségovie. Son domaine vital en été et en automne a dépassé les 12.681 km2.


Domaine vital hivernal de Celedonia (hivers 2010 et 2011)

Domaine vital estival de Celedonia (2011)

Mouvements de dispersion de Creonte entre avril et septembre 2011

Hera



heravuelo

heramuerta

HERA (M32)


Il s’agissait d’une femelle de Vautour fauve capturée et équipée d’un émetteur radio en mai 2013 dans les Ateas de Mintxate (Isaba). C’était un exemplaire adulte qui se nourrissait sur les deux versants des Pyrénées, du Baztan à Ansó et de Saint-Jean-de-Luz à Olorón. Ses deux aires d’activité maximale étaient concentrées à Munhoa (Luzaide-Baigorry) et à Holzarte (Larrau).


Elle exploitait de préférences les charognes en provenance des exploitations d’élevage extensif des Pyrénées franco-navarraises. Elle visitait également les dépotoirs de Garralda et de Lumbier et elle se déplaçait parfois jusqu’à la Vallée de l’Èbre, où elle visitait les dépotoirs de Santa Cilia de Jaca, Luesia et Tauste.


Le 10 octobre elle a commencé un mouvement de dispersion qui l’a d’abord conduite à la Cordillère Ibérique de Saragosse (Aranda de Moncayo et Embid) et ensuite à Guadalajara, où, le 22 octobre elle a heurté l’aérogénérateur L3.21 du parc éolien de Campisábalos.


(Photo en vol: Philippe Ramos©)


Dionisio

dionisio

DIONISIO (L45)

C’est un vautour fauve capturé et équipé d’un émetteur radio en 2010 dans la Sierra d’Andia. Il s’agit d’un exemplaire adulte qui a été sexé comme mâle et bagué comme sous-adulte en 1998, ce qui fait qu’il doit avoir 18 ans.

Habituellement il élève ses poussins à la Source de Arteta (Ollo), or, en 2011 son poussin n’a pas survécu.

Gâce à l’émetteur radio de pistage par satellite, nous savons qu’il se déplace dans toute la Navarre nord-occidentale, prospectant un domaine vital de plus de 5.475 km2. Outre la Vallée d’Ollo, il fréquente toute la Sierra de Andia, la Vallée de Ergoyena et Beriain-San Donato.

Il va habituellement chercher de la nourriture à la décharge de DSU de Beasain (Guipúzcoa) et occasionnellement à celle de Vitoria, située à 68 km de son lieu de nidification. On l’a également vu dormir à la Foz de Arbayún, à 60 km de son nid.

Le 13 novembre 2012, alors qu’il se reposait dans le dortoir de la commune d'Urritzola (Arakil), Dionisio a égaré l'émetteur radiopistage, par conséquent, dorénavant nous n'aurons de ses nouvelles qu'à travers d'éventuelles observations. Pendant les 2 années de suivi dont il a fait l’objet par radiopistage, il nous a fourni des informations très intéressantes. Son émetteur a été retrouvé et il sera bientôt replacé sur un autre vautour fauve.


Domaine vital de Dionisio (novembre 2010-novembre 2011)

Elektra

elektra

ELEKTRA (L46)

Cette femelle adulte a une envergure de 2,70 mètres et un poids de 11,3 kg, elle a été capturée et équipée d’un émetteur-radio dans le P.N d’Urbasa-Andia et élève ses poussins à la Foz de Guembe (Vallée de Guesálaz).

Bien qu’elle nidifie à Guembe, Elektra passe très peu de temps dans les gorges méridionales de la Sierra d’Andia le reste de l’année. Au moyen d’un émetteur radio de pistage par satellite nous savons qu’elle se déplace dans toute la Navarre nord-occidentale, dans l’ouest de Guipúzcoa et dans le Labourd, prospectant de vastes étendues allant des Sierras d’Urbasa-Andia et d’Aralar Jusqu’à Bera, Baztan, Belate et Alduides.

Elle se nourrit essentiellement de charognes de bétail là où se pratique l’élevage extensif, pour cela elle prospecte un domaine vital de plus de 4.737 km2.

Elle fréquente essentiellement la Sierra d’Aralar utilisant parfois les falaises de Malloak comme dortoir et aire de repos. En 2011 elle a réalisé un voyage de 25 jours pendant lesquels elle a parcouru 1.200 km : en premier lieu elle est allée en Cantabrie, traversant ensuite Soria pour arriver au Mestrazgo et revenir enfin vers les Pyrénées françaises.

Le 22 avril dernier, Electra a été recueillie, blessée et présentant des symptômes de malnutrition, à Ossés-Irissarry (France).
Actuellement (juillet 2013), elle se remet de sa fracture à la patte gauche au UFCS d'Hegalaldia (Uztaritz, France).

Domaine vital d’Elektra (novembre 2010-novembre 2011)

Mouvements explorateurs d’Elektra entre le 23/04/2011 et le 18/05/2011)

Creonte

creonte

creontemuerto

CREONTE (L44)

Creonte est un vautour fauve équipé d’un émetteur radio dans le dépotoir de Zurukuain (Vallée de Yerri). C’est un mâle adulte qui élève ses poussins à l’aire réservée aux vautours de La Piedra (Lumbier). Au moyen d’un émetteur radio de pistage par satellite nous savons qu’il se déplace dans une grande partie de la zone moyenne de la Navarre et de la Ribera, pendant la période de reproduction il utilise un domaine vital de plus de 8.269 km2.

Ce vautour se nourrit dans les dépotoirs de Lumbier, Sangüesa et Izagondoa, mais il fréquente habituellement la décharge de DSU (déchets solides urbains) de Cárcar, et on peut le voir souvent dans les dortoirs communaux de la Ribera d’Estella (Cárcar, Andosilla, Sartaguda, Alcanadre, etc.).

En été, il réalise habituellement des mouvements de dispersion qui le conduisent jusqu’à des zones riches en nourriture en Estrémadure (le bassin du Guadiana, à Badajoz et Sierra de Guadalupe, à Caceres).

Lors de ses périples de plus de 1.240 km, il traverse la vallée de l’Èbre et après avoir parcouru l’ibérique jusqu’au Mestrazgo, il suit la vallée du Tage pour arriver enfin en Estrémadure.

Domaine vital hivernal de Creonte (novembre 2010-novembre 2011)

Mouvements de dispersion de Creonte entre avril et septembre 2011


Le vautour Créonte est mort de causes inconnues le 25 août 2012 à Madroñera (Caceres), au cours de la dispersion estivale qui chaque année le conduisait en Extrémadure.

Son cadavre a été retrouvé grâce au radio-pistage à plus de 518 kilomètres de sa colonie d'élevage à Lumbier (Navarre). Il a été recueilli par les gardes forestiers de la Junta de Extremadura et traité selon le protocole du Programme antidote contre l’utilisation de poisons.

À sa place, les mouvements du poussin de vautour fauve, marqué comme Gartzi en 2012, pourront être suivis sur ce site.

Gartzi

gartzi

GARTZI (M30)


Gartzi est un poussin de vautour fauve, né dans une colonie du Bassin de Pampelune, dans le ravin d'Apitalain (Argui–öriz-Belaskoain, Navarre).

Le poussin sexé par ADN comme mâle, a été muni d'un émetteur de radiopistage le 02 juillet 2012 lorsqu’il était âgé d’une centaine de jours, après avoir été recueilli du nid par les Gardes forestiers de l’équipe d’escalade du Gouvernement de Navarre.

Gartzi a quitté le nid au cours de la première semaine du mois d’août, alors âgé d’environ cent trente jours, et bien que le premier mois il soit resté très lié à la colonie d'élevage, au cours du mois de septembre il a considérablement élargi son aire de  distribution, il a « découvert » le barrage d’Alloz, le dépotoir de la Vallée de Yerri et les falaises d’Etxauri et de San Donato. 

À la fin du mois d'octobre, avec 90 jours de vol, Gartzi s'est émancipé et a entrepris un voyage de dispersion juvénile en direction du sud-ouest qui l'a conduit jusqu'à Tarifa. Cependant, « il n'a pas osé » traverser le Détroit de Gibraltar et au cours du dernier mois il s'est déplacé à travers l'Andalousie ; il a notamment visité Cordoue, Cadix, Séville et Malaga.

Nous avons perdu le signal de Gartzi fin mars, alors qu'il se trouvait dans la région de Cádiz.

Radio pistage

L’une des actions du projet Necropir consiste à faire un  radio pistage par satellite du vautour fauve dans différentes aires. Le marquage de plusieurs individus permet de connaître leurs mouvements aussi bien dans les zones d’élevage que dans celles d’alimentation. Le fait de disposer de cette information permet d’évaluer la nécessité ou non d’installer des points d’alimentation.

Voici certaines des informations obtenues au moyen de ce programme de marquage et de pistage :



Programme de marquage du vautour fauve en Navarre en 2010

Radio émetteur de pistage du vautour fauve en Navarre en 2010

Radio émetteur de pistage du vautour fauve en Navarre en 2011

Radio émetteur de pistage du vautour fauve en Álava en 2011







          necropirlogocooperacion territorialuepq


Proyecto NECROPIR -  EFA 130/09. Biodiversidad sostenible en los Pirineos: Rapaces necrófagas, símbolos de una gestión concertada